Comment se mettre au Zéro déchet à Nice ?

Saviez-vous que du 16 au 24 novembre, c’est la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets ? Si vous n’avez pas encore sauté le pas du Zéro Déchet, et que la question vous taraude, je vous ai listé tous les endroits niçois, ainsi que quelques conseils, groupes Facebook et sites qui m’aident dans la démarche. Trouver des solutions alternatives à notre consommation habituelle, c’est finalement assez facile et amusant à mettre en place, seul ou en famille !

Consommer d’une autre manière

J’ai commencé à réduire mes déchets en évitant le plus possible d’aller dans les supermarchés classiques. Les emballages alimentaires constituaient la plus grosse partie de ma poubelle.

Pour réduire ce type de déchet, il existe des solutions simples : Acheter ses aliments en vrac chez Day by Day, chez BioCoop ou autres magasins bio, aller au marché (Tous les jours sauf le lundi à Libération, pas d’excuse !), ou encore aller chez les petits commerçants avec ses contenants en verre (des bocaux de récupération pour ma part).

Day by Day, l’épicerie en vrac de la rue Vernier.

Je vais aussi régulièrement à la Ruche qui dit oui près de chez moi, à la Maison de l’environnement. Il en existe 2 autres à Nice, je vous explique tout dans mon article par ici.

Consommer local et de saison, c’est aussi éviter d’encourager les importations polluantes. En novembre, les tomates c’est fini depuis longtemps, et les courges de Nice sont si bonnes !

J’essaie (oui, ce n’est pas toujours facile !) d’arrêter de surconsommer avec la méthode BISOU (Besoin, immédiat, semblable, origine, utile) : 1, en ai-je besoin ? 2, j’attends quelques jours avant d’acheter pour éviter l’achat compulsif; 3, ai-je déjà un objet semblable ? 4, dans quelles conditions et où cet objet a t’il été fabriqué ? 5, est-ce vraiment utile ? On réduit drastiquement les achats inutiles et donc les futurs déchets en appliquant ces quatre points.

Le zéro déchet dans ma cuisine

La cuisine est une énorme génératrice de détritus. Je vais vous parler de tout ce que j’ai mis en place au fur et à mesure, et des endroits où aller pour la rendre la moins polluante possible.

J’ai arrêté d’acheter du plastique et je suis passée aux ustensiles de cuisine en métal, durables et Made in France, trouvés chez Trésors Publics. 

J’ai également remplacé le film plastique avec des Bee Wraps du cagnois de l’Abeille qui emballe. 

Bee Wraps de l'Abeille qui Emballe
Les Bee Wraps de l’Abeille qui emballe

Pour la vaisselle, j’utilise une lavette que je mets régulièrement en machine. Il existe d’autres solutions comme le Tawashi, cette éponge qu’on fabrique à partir de chutes de tissus :

Comment fabriquer une éponge zéro déchet Tawashi ?

J’évite désormais le gaspillage alimentaire en achetant uniquement ce que je prévois de manger, en faisant une liste des repas de la semaine avant de faire les courses. 

Autres astuces, ne pas faire pas les courses le ventre vide et ne pas céder aux sirènes des réductions sur les produits qui ne vous serviraient pas forcément. (Repensez à la méthode BISOU).

Vous n’avez pas eu le temps de manger un aliment ? Congelez le ! Même le fromage, la compote, la soupe se congèlent. 

Vos légumes font la tête ? Vite, transformez-les en soupe, en tarte, ou en cake salé !

Le cake carotte cumin du blog Abracada Vrac

En ce qui concerne les déchets organiques, la meilleure manière de les recycler est de les mettre au compost à la Maison de l’environnement, dans le vôtre ou dans celui de votre immeuble. Il est possible d’en mettre un en place avec l’aide de la mairie de Nice, renseignez-vous ici > compostage@nicecotedazur.org ou preventiondesdechets.org

Il existe aussi la solution des poules, omnivores par excellence, mais pas facile en ville à moins d’avoir la chance de posséder un jardin ! 🐔

Le zéro déchet dans ma salle de bain 

Le premier geste à faire dans sa salle de bain est de remplacer le shampoing en bouteille plastique par du shampoing solide, et de remplacer le gel douche par du savon d’Alep ou du savon à l’huile d’olive, (et ainsi éviter les savons pleins de cochonneries des marques de supermarché). Le dentifrice et le déodorant se trouvent également sous forme solide. 

Le second geste est est d’arrêter d’acheter des produits jetables : Il existe des brosses à dent à tête interchangeable et recyclable, des rasoirs en métal à l’ancienne, des cotons démaquillants lavables, des oriculis en remplacement des cotons tige… Lamazuna est la marque n°1 du zéro déchet, vous pourrez en trouver dans tous les magasins bios et chez Wakey, le joli shop de cosmétiques vegan et zéro déchets situé près du port, au 30 rue Barla.

Le zéro déchet dans ma maison

D’une manière générale, la meilleur moyen de devenir le plus neutre au niveau déchets, c’est de ne pas acheter des choses neuves.

Electroménager, meubles, vêtements de seconde main, de nombreux endroits niçois sont dédiés à la récup’ : Paulette Anette Brocante ouvre son showroom le 1er décembre, le magasin de vêtements vintage Kilo Shop a ouvert récemment à la Gare du Sud, et de nombreuses friperies existent depuis longtemps : Caprice Vintage, Hippy Market, Au bonheur des cocottes, Bozar, O Chineurs, et beaucoup d’autres, que l’on peut trouver en flânant dans les rues de la ville. Vous ne trouvez pas votre bonheur ? Essayez l’appli Vinted, on trouve toutes les marques qu’on aime, et on peut aussi revendre les vêtements dont on a plus besoin.

Vous pouvez également faire réparer vos objets quand ils sont cassés, plutôt que de les jeter. La Ressourcerie ACTES Ressources vous y aide ainsi que le Repair Café qui organise des ateliers tous les mois, dans des lieux différents comme le Galice, les bibliothèques Nucéra ou Simone Veil.

D’ailleurs, la Ressourcerie organise une journée portes ouvertes ce samedi 23 novembre, retrouvez l’événement ici !

Aussi, le troc revient à la mode, et une « Bourse de Noël, don et récup gratuite » aura lieu à L’Espace, 30 rue Dabray le 30 novembre > Evénement ici.

Revenons à notre maison. Pour réduire nos déchets ménagers, on peut facilement fabriquer nos produits d’entretien : Vinaigre blanc, écorces d’agrumes et eau, bicarbonate de soude, cristaux de soude, huiles essentielles, et savon noir sont les ingrédients de base à mixer et qui remplacent tous les produits toxiques générant une pollution de bouteilles en plastique énorme.

Mon groupe Facebook préféré pour trouver tous les renseignements et bonnes idées, est « Les Ecolos bio zéro déchet »

Quant à moi, je me suis mise au 1/3 vinaigre 2/3 eau, avec écorces de citron macérées, et je nettoie toute la maison avec. En sachant que le vinaigre désinfecte aussi bien que l’eau de javel, c’est aussi miraculeux qu’économique, et écologique. 

D’autres pistes pour agir sur la réduction des déchets

Vous les avez peut-être déjà croisé à Nice avec leurs t-shirts Nice Plogging et leurs gants : Les Ploggeurs niçois se rassemblent toutes les semaines pour faire un jogging tout en ramassant les déchets laissés par bêtement par terre. Une manière d’éduquer les passants, d’alerter, et de rendre notre environnement plus agréable à vivre.  Rejoignez-les sur leur page Facebook.

Des initiatives sont mises en places pour que vous récupériez les invendus alimentaires. Localement, Ecoslowasting est pour le moment bien développé à Menton, et arrive petit à petit à Nice.

La box surprise de la Boulangerie artisanale Aux Nouveaux Pains via Ecoslowasting.

L’application nationale TooGoodToGo propose déjà de nombreux lots à sauver dans des boulangeries, sandwicheries et supermarchés de Nice.

Alors, on s’y met tous ?

Vous avez besoin de plus de conseils pour vous motiver ? Passez au zéro déchet avec le Mooc gratuit de l’université Colibris, vous avez jusqu’au 30 novembre pour vous inscrire !
https://colibris-universite.org/formation/mooc-zero-dechet-0

Au niveau local, l’association Zéro déchets Nice est très active ! Ils sont à l’origine de nombreuses actions à ce niveau et font bouger les lignes. Rejoignez leur groupe Facebook ici !

Changer ses habitudes demande des efforts et de la bonne volonté. En un an, j’ai réappris à consommer local, à fabriquer mes produits moi même, et à penser autrement toute ma chaine de consommation. Avec un changement d’organisation et d’habitudes, on y arrive petit à petit, avec à la clef une emprunte réduite sur l’environnement, et énormément de satisfaction.

J’imagine être passée à côté d’autres initiatives niçoises, n’hésitez pas à compléter l’article grâce à vos commentaires !

10 Comments

  1. Je vous invite également à découvrir la savonnerie Les Bulles d’Ysaé à la Gaude. Des savons confectionnés à la main localement, par saponification à froid avec des matières végétales issues de l’agriculture biologique.
    Au plaisir😊
    @lesbullesdysae

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *